Tout ce que vous devez savoir sur le crédit immobilier

Des taux d’intérêt bas et des offres commerciales de plus en plus alléchantes : les banques tentent d’attirer de nouveaux clients dans leurs filets en proposant des crédits immobiliers très attractifs. Si emprunter pour acheter un appartement ou une maison est devenu bon marché, souscrire un crédit immobilier reste cependant un véritable parcours du combattant : du dossier à l’achat, en passant par le choix des assurances ou par le déblocage d’un apport personnel… Avant de se lancer dans un crédit immobilier, mieux vaut savoir où l’on met les pieds.

Le profil de l’emprunteur parfait

Pour souscrire un crédit immobilier, les établissements bancaires regardent avant tout la situation de l’emprunteur. Et là, nul doute qu’une situation stable sera un atout non négligeable. Les banques préfèrent prêter leur argent à des travailleurs en contrat à durée indéterminée qu’à des chômeurs ou des intérimaires. Avoir un CDI est d’ailleurs presque devenu obligatoire pour espérer obtenir une réponse positive. Mais ce n’est pas tout : toujours concernant votre situation professionnelle, votre interlocuteur ira jusqu’à étudier votre ancienneté et vos perspectives d’évolution. Contracter un crédit immobilier requiert également un mode de vie digne des plus grands gestionnaires : avant d’accepter votre dossier, une banque examinera vos capacités financières mais surtout votre façon de gérer votre argent en examinant notamment vos six derniers relevés bancaires. Objectif : savoir si vous avez connu des périodes de découvert ou si vous devez déjà rembourser d’autres crédits personnels. C’est également une bonne façon de mesurer votre capacité à épargner.

Une fois votre situation professionnelle et financière passée au peigne fin, la banque s’intéressera à votre mode de vie. Certaines questions personnelles peuvent être posées au demandeur d’un crédit, comme le fait de pratiquer un sport ou de faire un métier à risques. Côté santé, mieux vaut être en forme pour espérer obtenir un crédit immobilier sans avoir à payer de surprime : un questionnaire prenant en compte votre état général de santé, vos antécédents médicaux ou encore les maladies ou accidents que vous avez pu subir dernièrement sera à remplir.

Emprunter, oui, mais combien ?

Généralement, une banque se basera sur vos revenus mensuels pour déterminer le montant maximum des mensualités du crédit. Ces dernières ne doivent pas dépasser le tiers de vos revenus. Mais quelques ajustements peuvent être faits, notamment pour éviter un surendettement. En effet, une fois le bien immobilier acheté, il reste de nombreux frais à assumer, notamment ceux de la vie quotidienne. Un établissement bancaire prendra donc en compte ces dépenses, et s’assurera également que le saut de charge, c’est-à-dire la différence entre votre loyer actuel et vos futures mensualités, est minime.

Si la situation financière de l’emprunteur est déterminante pour savoir quelle somme peut être mise à sa disposition, ce n’est pas le seul critère. La localisation du bien immobilier et l’évolution du marché peuvent également être des informations importantes. Une banque sera plus réticente à vous prêter de l’argent si votre futur logement est trop éloigné de votre lieu de travail, ce qui ferait indéniablement exploser vos dépenses de transport. Enfin, puisque votre prêt est garanti par une hypothèque ou une caution, l’établissement bancaire regardera également si votre futur bien risque ou non de perdre de la valeur dans les années à venir.

Comparer les offres : le chemin de croix

Rencontrer son conseiller bancaire pour obtenir un prêt immobilier, c’est parfois aussi délicat que de postuler pour un emploi. Après avoir fait bonne impression, il faut discuter chiffres. Et c’est là que tout se complique, car de nombreuses données entrent en compte pour pouvoir comparer plusieurs offres : le taux du prêt immobilier est sans doute le critère numéro 1. Plus il est bas, mieux c’est. Mais il est loin d’être le seul : le montant des mensualités, la durée de remboursement de l’emprunt, les indemnités de remboursement anticipé ou encore les coûts de l’assurance et de la garantie du crédit immobilier sont autant de données qui doivent vous permettre de choisir la meilleure offre. Si les chiffres ne sont pas votre fort, le taux annuel effectif global (TAEG) peut vous permettre d’y voir plus clair. Il s’agit de comparer du coût réel de votre crédit, cela vous permettra de comparer plusieurs crédits aux caractéristiques différentes.

Les offres sont tellement nombreuses que les comparer peut aujourd’hui s’avérer difficile. Mais des simulateurs en ligne permettent désormais de trouver les meilleures offres. Pour cela, les banques en ligne ont évidemment un coup d’avance sur les établissements bancaires traditionnels. En quelques clics, on peut désormais savoir combien un crédit coûtera au final en fonction du taux, des mensualités et de sa durée.

Faut-il prendre l’assurance crédit proposée par la banque ?

À la signature d’un crédit immobilier, la banque vous propose automatiquement plusieurs contrats d’assurance. Des assurances décès invalidité, incapacité de travail ou perte d’emploi qui protègent les banques, mais également les emprunteurs qui se retrouveraient dans l’incapacité de couvrir leurs mensualités de remboursement en cas de coup dur. Si, auparavant, les établissements bancaires ne proposaient qu’un contrat à tarif unique, il est désormais possible pour les clients de souscrire à l’assurance de leur choix. Comme pour les crédits, il est possible de faire jouer la concurrence et de trouver les assurances les plus concurrentielles. Lors de la simulation de votre crédit, il est en tout cas important d’étudier les garanties de l’assurance proposée ainsi que les conditions dans lesquelles vous pouvez opter pour un autre assureur, ce qui vous permettra, en cours de crédit, de revoir votre contrat d’assurance à votre avantage.

FGE/AllTheContent

Laisser un commentaire